Les chardons sauvages

Par l’épi du soir

le ciel ne fut jamais si proche des chardons sauvages de nos yeux

par l’arc du silence

jamais d’ailes n’ouvrirent si grand la part féminine des vents

en plein ciel et c’est toujours ce mieux de nous que nous cherchions

de roche en roche sous cette étoile que nous dépassions souvent

c’est par les brosses et les pinceaux de notre réel qu’elle éclaire

encore ce matin la main de l’aube qui tresse au mieux ses grands cheveux

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Les chardons sauvages

  1. La palette est déployée à l’appui de fenêtre au-dessus du jardin comme les couleurs de notre identité
    Ces chardons font la joie de l’âne qui les cherche pour l’érotisme qu’ils dégagent
    Un transport assuré vers ce coin de ciel permissif dans l’herbe drue…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s