Les enfants de l’aurore

J’attendais beaucoup de l’aurore

comme la plus haute fleur sur un tapis

serré de roses je vous attendais

partout dans toute chose comme un privilège

que m’auraient ramené les vents ravis

loin des sphères éphémères il nous faudra refermer

doucement ce grand corps que nous formons ensemble

pour qu’il mûrisse lentement auprès

de tous ceux que l’on n’a jamais

pu apprivoiser

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Les enfants de l’aurore

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s