Lichens

J’écris tu écris

on vient pour la mue

on pivote pour prendre l’espace

dans la rétine la persistance des formes

les lichens se creusent les mousses éclatent

on se prescrit des danses à sauter par-dessus

tout ce qui s’inscrit en norme

et l’on chevauche des ondes de silence

jusqu’à ce que l’on s’endorme

nu devant l’œil de mémoire

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Lichens

  1. La mémoire découverte,, je marche à l’ambre de ton poème. Te laissant l’alerte écriture en joie de te lire pour me tremper dans le bleu liquide
    C’est un rite que les corps tiennent en boucle
    Jusqu’à ce que l’odeur ne tienne plus dans l’armoire et nous en flaconne..,
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s