Rêveuse d’éternel

J’aimais être là assise sur ton silence

ajustée à l’horizon quand tu plantais

des arbres à sel pour les ramiers

des herbes vivantes pour passer les rivières

pour les maisons des cœurs amoureux

tu me disais sans parler que d’anciens volcans

dans de longs roulements de dunes rêvaient

d’un retour dans une mer définitive

que la pulpe douce de l’inconscience jamais

n’avait rendu les bêtes craintives et tu faisais

de moi une pourvoyeuse d’éternel

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Rêveuse d’éternel

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s