Appartenance

Il fallait que tu fusses cette enfant partout survivant à son chagrin

trop vivante pour plaire aux faux-cils des idées

pour que je sois ainsi dénudée dans les rafales d’un vent

qui me ramenait la perle perdue de la pureté le caillot ailé de mes jardins

et quelle douceur ce retour à la terre où la fleur de ton prénom

s’ancre drue!

 

Barbara Auzou.

Une réflexion sur “Appartenance

  1. La pluie solidifiée poche l’oeil de sa larme cruelle
    quand tombe la puissance de l’expression orale
    Survient cette autre nudité écorchée que le sel du vivant brûle
    jusqu’à la naissance du son que la fleur déploie en s’ouvrant..
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s