Ultramarines

La Réunion

je rêve jusqu’à la source de nos âmes ultramarines

je regarde minuit dans les yeux tandis que les étoiles

à l’horizon s’attardent entre deux ravines le tec-tec

quitte sa canopée il vient pour l’épi et pour le chant

le jardin avec enfant l’obstination qu’il lui devine

à épeler l’écriture au pied de l’arbre calciné du langage

et moi je viens à la nage je m’obstine à laisser

les herbes nous envahir les galops d’eau nous recouvrir

au détour de leurs récifs frangeants

 

 

Barbara Auzou.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s