Une fée en hiver / René Depestre

Une fée s’est réveillée dans le poivre gris de l’hiver.
Un papillon l’a précédée au-dessus de la cheminée.
Une fête !
Une fête d’amour autour des vivants et des morts ! le feu brille dans mes mots du soir : chaque instant est un éclat de rire qui fait battre la vie à se rompre !



voici la fée qui se déshabille

sur l’égarement de mes cinq sens.

Une odeur de brûlé s’élève

de sa justice de femme.

Sa chaude lune est

le songe d’un très vieux songe de poète.

Sa force tendrement animale

est un pollen de papillon

sur l’oreiller d’un pharaon d’Egypte !

que la nuit apporte sa tendresse



aux yeux de reine vigilante !

que la maison reste en fleur

dans la neige de son souvenir !

salut, ombre bien-aimée d’Hadriana !

tes semences sont à ma porte

ta joie saute dans mon lit

pour rendre soudain la vue

à l’aveuglement de mes années !

Une réflexion sur “Une fée en hiver / René Depestre

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s