Du conte au poème

parce que je ne joue pas à vivre

parce que vivre est exposé

et qu’il y a plus blessé que moi

je brûle sur les chemins mes cailloux blancs

comme autant de postulats d’amour

ton sourire couché à mes pieds me mène sans détour

du conte au poème

et mes forêts désapprennent le cabotinage inconscient

des lieux communs

 

Barbara Auzou.

Une réflexion sur “Du conte au poème

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s