Tu serais nue sur la bruyère / Francis Jammes

Tu serais nue sur la bruyère humide et rose, comme ces femmes qu’on apprend en classe, près de chèvres se donnant des coups au bas des prés.
Tu dormirais en ne rêvant d’aucune chose, et tes jambes pareilles, tièdes et douces luiraient dans la pluie verte et glacée de la mousse.
Ton corps serait comme l’air et l’eau qui sont purs
Un grillon aigre chanterait dans le vieux mur d’une maison abandonnée et qui aurait, à ses pieds, les champignons roses des forêts.
Les alouettes qui ont la couleur de l’argent siffleraient en volant vite.
Et, tout en dormant, tu mettrais une main dans tes cheveux remplis de brins de paille agaçants de roides épis.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s