Sous les arbres qui rêvent

sous les arbres qui rêvent comme des enfants incorrigibles oscille un soleil qui mesure le temps

et nous ment les doigts croisés dans le dos sur le temps qu’il nous reste

les oiseaux heureusement nous rendent sans cesse le décor agrandi du présent

avec tout son excès de sang et de cerises

pour longtemps tourné sur nos hanches

 

Barbara Auzou.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s