5 réflexions sur “Le temps de vivre

  1. LE SENS DU JUSTE ETAT

    Les faire-part, papiers dorés et bolducs à frisette que nous n’interposons pas entre le sentiment de deuil ou d’anniversaire gardent leur mission d’accompagnateurs

    Devant nos trains de longs voyages hors du commun, les vaches paissent paisibles sans morsures de chiens

    les pommiers, feuilles à terre, préparent la visite aux claies, intercalant les bolées en virgules

    C’est un soleil juste qui fait sa révolution au jour dit sans la volée de tuiles ne l’écorne

    Notre eau est vive

    pas croupie

    la mauvaise intention qui se serait glissée peut se repier les gaules avec sa gueule de méprise

    Il fait sourire de vivre

    L’aîné égaré vient de rentrer au clan, il reste l’enfant , le frère et pas le prodigue

    Les fifres et tambours de sarabande anniversaire peuvent traverser le pont. La dame y dense. Ce qui par accident disait pont-coupé peut enlever la pancarte Octroi.

    Rien à payer ni case à remplir , c’est LIBRES que cheval, oiseau, menthe et Arbre à Soie sortent la tête haute

    Cela doit s’entendre…

    

    Niala-Loisobleu – 24 Novembre 2020

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s