Vivant mercure

Dragonnier de Socotra

ne les crois pas quand ils diront

que nous sommes guéries d’on

ne sait quelle fièvre et tiens toi

loin de leurs ménagements

de leurs mots pour embaumer

plus rien désormais ne nous éloignera

de cette forêt de bras cette libération

des torses et d’aisselles à buissons

que griffe le ciel d’un précieux exsudat

sous la peau vernissée bat un vivant mercure

je t’aime

des orgues pachydermes fuselées

comme des baisers d’enfants

viennent mûrir doucement en jouant

entre les dragonniers

 

Barbara Auzou.

Une réflexion sur “Vivant mercure

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s