Les framboisiers

je me souviens que j’avais confiance

revenant d’un jeu ce jeu durerait et dans un vent de lait

et une odeur de laine j’allais creusant sur mon vélo

à double pédalier d’autres soleils sans voir que l’enfance

lentement s’égouttait aux fenêtres dans des cache-pots

les épines pourtant au long des chemins creux feraient

ma résidence secondaire de mille framboisiers

nul autre convive que les oiseaux qui me tricotaient

une traîne de mariée en lançant leurs antiennes

ne semblait avoir remarqué le double plateau

de son assise et de sa liberté

 

Barbara Auzou.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s