Les belles apparences / Jean Sénac

 Le cœur à l’étroit 

mes amis sommeillent

ils ont froid et les abeilles

feront un miel amer

Mon pays sourit aux touristes

Alger la Blanche dort en paix

vont et viennent les cars de police

la lèpre au cœur est bien gardée

Qui donc ira dénoncer

la grande amertume des ruches

le corps à l’étroit

les pauvres trichent avec le froid

Belle peau de douce orange

et ces dents de matin frais

la misère donne le change

ne vous fiez pas à tant de beauté

Ici on meurt en silence

sans trace au soleil épais

mais demain le miel amer

qui voudra le goûter

Sous les jasmins le mur chante

la mosquée est calme et blanche

ô flâneur des longs dimanches

il y a  grande merci

A la surface de la nuit

tas d’ordures sac et pluie

Le temps des mots

Cœur percé d’une hirondelle

mes camarades sont en prison

mon image n’est pas belle

s’ils doivent y rester longtemps

La beauté est difficile

deux cœurs ne font pas une île

mais une flèche un tison

Au-dessus de la ville

mes camarades sont en prison

Pourquoi chanter quand nous menace

le cri funèbre d’un innocent

la beauté est une impasse

l’hirondelle un mot sans passe

si la poésie n’arrête pas le sang

Cœur percé d’une hirondelle

ma patrie est en prison

mon image n’est pas belle

si elle n’ouvre pas le temps

de la liberté et de la raison

Cœur percé d’une hirondelle

la vie au bout de la chanson.

2 réflexions sur “Les belles apparences / Jean Sénac

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s