La boucle du rêve XIII

encore une fois je fuis

toutes ces ombres qui ne sont pas moi

leur terrible partition l’improbable partage

à la palpitation pudique des réverbères

j’accroche notre chanson tu sais celle

qu’on effeuille même en hiver

les deux mains sur la pensée des choses

dans mon désir d’être plus clairement la nuit

je viens rejoindre dans le noir l’hirondelle

de ton nid

l’oreille vaste du dormir au creux de tes langages

 

Barbara Auzou

4 réflexions sur “La boucle du rêve XIII

  1. Evanouir la fausse image dans l’aspe pour ne laisser que celle de soie
    quand le bois mort édente
    pour laisser l’oiseau construire du mot dit au geste fait
    cet instant où l’allumeur potentiomètre les sens ciel
    là où sont tapies les mille-et-une nuits…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s