La boucle du rêve XIV

désormais la neige se souvient de son théâtre d’eaux

dans les branches de ton rire en échos la quadrature

des branches sur toi comme des bras immortels

toi tu étais toujours plus vraie que le nom que je te donnais

si bien qu’au soir lavées de blanc et de connivence

nos âmes se tendaient à se mordre le sel des lèvres

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “La boucle du rêve XIV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s