Le Pays de ce que l’on sait

Lacs de Plitvice / Croatie

que faut-il emmener avec soi

sinon l’évidence de l’air la tendresse neuve

de nos combats premiers

le cerf-volant de nos messages

l’observatoire où nous délasser

tournent dans nos paumes tous les lacs reliés

les rivières tourmentées

et les forêts environnantes

et nous

nous

nous sommes colporteuses seulement du pays

de ce que l’on sait

gardiennes de l’œuf des noces et de celui de l’entente

le coeur au soir soudain se tait traversé

par l’étreinte de la scille des prés

son toucher inouï

dans son pin la martre heureuse sans demander son reste

est montée

 

Barbara Auzou.

9 réflexions sur “Le Pays de ce que l’on sait

  1. Pingback: Le Pays de ce que l’on sait — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s