Le temps de vivre XCIV

presse mes mains

le blé rouge de leur enfance

y pousse encore stupéfait

entends-les

te dire de très loin

les attaches paysannes

et la pierre de rocaille

de ma voix où dort un oiseau

vois

comme elles ont écrit au méthane

d’un cadastre compliqué

entre ciels et courants d’eaux

dures à remonter à pied

presse mes mains

jusqu’à l’assemblage pour la lutte

et pour l’été à foison

chahute-les sur le ring

de leur peau brute

offre-leur les fleurs de saison

et les poumons de leur âge

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Le temps de vivre XCIV

  1. Pingback: Le temps de vivre XCIV – Sourab Titrés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s