La réconciliation XXVII

La Vague / Camille Claudel

passant cette déchirure sincère

dans le tissu du temps

qui mêle les mots et les mains

tu sais soudain la facilité des fleurs

et celle des fruits pressés de lumière

qui coule avec le jour

de la vague le velours

vert qui s’infléchit dans son mouvement

de bielle

pour ouvrir un remous en bord de ciel

une rafale de fenêtres dans les corps

et le coeur battant de mille oiseaux de pluie

 

Barbara Auzou.

7 réflexions sur “La réconciliation XXVII

  1. Pingback: La réconciliation XXVII – Sourab Titrés

  2. L’arbre pousse sa branche à naître d’un meilleur goût
    Forme perfectible que le coeur affine
    Croisement du retour de pensée qui garde le noyau plus loin que la chair
    Fruit mangé restant non-cueilli
    Ainsi le lézard de la route prend la corde du virage et la fixe au soleil de la ligne droite tirée de l’ombre pour qu’au goût s’attache la composition nutritive
    L’olivier au pressoir d’une première de meule…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s