Eloquence de l’eau

Pont du Gard

et c’est le jour porté

de hauteur en hauteur

et le chêne vert de ton sein

l’audacieux chemin

l’orbe qu’un pont à notre mesure

a lancé sur un abîme

eux ils savaient que tout se tient

le colosse de calcaire l’arche et l’écrin

et la rivière qui coule en son milieu

eux ils savaient le poids d’un monde dur

et le cri glorieux des aigles

où se répètent les rêves à la ronde

le soleil plonge comme au fond d’un vivier

repêcher l’euphorique euphorbe

il flotte des parfums de thym et de déraison

sur ce cadastre mélodieux

sous les fourrés se cachent des museaux

des poissons dans un ruisseau qui coule à peine

et j’écoute les bruits que nos corps font

je bois ton goût d’ombre et de fontaine

la douceur d’aimer sans rien dire

dans la cyclique éloquence de l’eau

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “Eloquence de l’eau

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s