Le temps de vivre CXXI

tant de néons ont rossé le bleu-blanc de mon âme

et j’aimais trop la violette pour endosser la débacle

des eaux glacées je t’ai placée au coeur de mon horloge exacte

fleur inchangée au plus près des maisons d’enfances

toi ce n’était pas pareil toi tu te refusais à inventer

ce que à quoi le poème se refuse contre la morale révulsée

aux doigts sales toi tu étais trop occupée peut-être à rester

nue guitare joyeusement confuse accordée à l’horizon

 

Barbara Auzou

2 réflexions sur “Le temps de vivre CXXI

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s