Le temps de vivre CXXVII

par la porte

par la porte

qui grince quelque part dans le monde

et se morfond

s’élance

le ciel remué de notre enfance

ronde aux bras de bronze

et les droits cyprès

de nos futurs déséquilibres

mettent un peu d’eau dans leur lait

attendris au fond

par ce qui vibre au vent de l’ignorance

et de l’amour

 

Barbara Auzou

6 réflexions sur “Le temps de vivre CXXVII

  1. « Une porte qui grince
    quelque part
    et le monde se morfond »

    C’est étrange après avoir vu la photo voici comment j’avais lu les trois premiers vers
    C’est étrange

    A la relecture je pensais alors à nos premier pas, dans nos villages qui n’étaient pas encore goudonné

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s