Invitation / René Char

J’appelle les amours qui roués et suivis par la faulx de l’été, au soir embaument l’air de leur blanche inaction.

Il n’y a plus de cauchemar, douce insomnie perpétuelle.
Il n’y a plus d’aversion.
Que la pause d’un bal dont l’entrée est partout dans les nuées du ciel.

Je viens avant la rumeur des fontaines, au final du tailleur de pierre.

Sur ma lyre mille ans pèsent moins qu’un mort.

J’appelle les amants.

2 réflexions sur “Invitation / René Char

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s