La Danse XXXIII

La Danse / Henri Matisse

dans une cartographie à hauteur de ciel

la mer nous vient par ellipses

acclimate ses résistances

dans ta main tu tiens taillée à vif

la brève douceur de la danse

sa bleue symétrie fleurie aux fenêtres

du soleil

Il n’y a pas de plus tendre violence

que l’invention de la beauté

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “La Danse XXXIII

  1. « Il n’y a pas de plus tendre violence
    « que l’invention de la beauté »
    Deux vers plutôt que dix volumes… peut-être vingt.
    A mettre en exergue de toute œuvre d’art… et de chaque ouvrage de philosophie !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s