La Danse XXXV

La Danse / Henri Matisse

le corps soudain se meut

comme une tendre preuve

le circulaire défend ses certitudes

et la latitude de tous les possibles

l’eau ouvre les paupières

passe le pont de la danse

et les rumeurs de pieds nus

je regarde midi dans tes yeux

arracher le bleu d’un fleuve

paisible et nu

qui cherche encore les mots

pour le dire

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “La Danse XXXV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s