La Danse XXXVIII

La Danse / Henri Matisse

dans le profil des lampes

et au-delà de la lisière du corps

éclate une joie soudaine

se lève une danse ardente

qui ouvrent les portes de la mer

la saison des îles

et les voilures de soie

la tête maintenue au-dessus

des vagues tu aperçois

comme une figure de proue

qui se balance tranquille

c’est l’ambre jaune du cœur

venu déborder ta soif

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “La Danse XXXVIII

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s