Au pied d’un seul arbre XXVIII

distinguée par amour

je reviens t’envelopper

comme un vol et polir

le toit de mes habitudes

les plus douces

depuis que je sais

que la beauté est dans la main

bien plus que dans la visée

j’agrandis nos matins vers

les gestes déliés de l’offrande

qui font le jour

je marche désormais plus haut

plus près de ce qui va vers le chant

je vais du coeur de l’arbre

à l’extase du fruit* tendre

et j’ai des montées de nuits

d’un enthousiasme bouleversant

comme des rouages que je pousse

jusqu’à un sommeil éveillé qui danse

à présent au-dessus de mers ouvertes

l’arbre s’est offert des yeux indigo

pour en jouir

j’ai placé l’oiseau au coeur

d’une olive verte

l’érotisme joyeux de l’entente

peut fleurir au front amoureux

de ton âme sauvage

 

Barbara Auzou.

 

*René Char

4 réflexions sur “Au pied d’un seul arbre XXVIII

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s