Le temps de vivre CLV

si tout cela devenait vrai un jour

Et si tout cela devenait vrai

un jour

possible le hamac tressé des mains

le pas dans le pas du chemin qui l’a précédé

une langue à se dire le nom des espèces

inconnues

le don du lys l’attente nue l’égal respect

d’un égal amour

J’irais doucement coucher

dans la brouette triste de la saison

plantée sur sa fourche

l’ambivalente nuit

qui pousse en plein jour sur les fleurs

désabusées

déchirer tous les brouillons pressés

et leurs baies d’ombres

qui barbouillent tout ce qui sent bon

dans la tendre maison

de ta bouche où éclate la pensée

de mille oiseaux

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Le temps de vivre CLV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s