Le Baiser / XV

Le Baiser / Constantin Brancusi

l’école des jours instruit ses enfants

dans nos bouches coule le sang

d’un étrange été

l’œil bleu de la pensée

l’herbe un peu folle d’une contrée

solaire qui met le feu au temps

pour lui ouvrir la vue

le baiser nous élude

et nous rend clairvoyants

une orange buissonnière sur le toit

roule doucement

 

Barbara Auzou.

7 réflexions sur “Le Baiser / XV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s