Septième lettre pour toi

je t’écris

et le nom que je donne au matin encore dans ses rideaux est un nom de fleur

un nom d’oiseau surpris

dans cet écrin de verdure où tout se dérobe et où pourtant tout tient ensemble

tout ce qui déborde nécessairement de l’âme humide des roses est immédiatement accueilli dans un sol qui en tremble

vois-tu j’ai toujours pensé l’herbe comme une écriture qui frissonne

parce qu’elle aurait compris toute l’ironie de la réalité et qu’elle en mesurerait toute la valeur de l’effort

jamais on ne se remet d’une étreinte

fusse-t-elle celle de la nuit en ses feintes

et rien jamais ne nous console du recul d’un extrême été sur nos corps

à l’entrée d’un chemin neuf j’ai tiré un ciel de clartés ouvertes et je t’ai souri

quand j’ai pris dans mes filets le rire des passereaux qu’aucune question d’éternité ne taraude

 

B.

13 réflexions sur “Septième lettre pour toi

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s