Fugacité VII

En mes jardins

le corps dressé dans un buisson de veines en retard et riant sous cape

l’aurore allume les bougies présomptueuses du réel

puis se résorbe en jeu suivant d’un tapis les motifs de lumière

sur ta poitrine heureuse s’embrume ravi un coquelicot

que je gagne avec le seul dé qui a aboli le hasard

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Fugacité VII

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s