Comme on reprend une conversation souveraine

L’Isle sur la Sorgue / Vaucluse

j’ai repris les escaliers

qui mènent au lavoir

comme on reprend

une conversation souveraine

l’inaudible travaille dès le début

à nous ramener là d’où nous sommes venus

et dans le don gratuit de l’eau j’ai reconnu

en moi le sens du débordement immédiat

que l’herbe toujours égalise

dans la fausse impassibilité de l’eau

la pudeur amoureuse de ma voix

la frontière humide que traverse la truite fario

sondant les lits avec une frise et un ciel

qui se déplacent

et si je peux te faire aujourd’hui du poème

une assise de paille tressée

c’est pour les pales des roues à aubes

qui miment le rabot doux de tes bras

pour les mousses partout qui gardent la trace

de tes doigts

et je préfère ce visage que tu as maintenant

il a depuis longtemps dissipé l’orage

dans le bibelot des heures

il s’arroge le droit de rêver en rond

c’est là que commence notre maison

et si nous habitons un éclair

il est le coeur de l’éternel*

 

Barbara Auzou.

 

*Extrait du Poème Pulvérisé et épitaphe de René Char

8 réflexions sur “Comme on reprend une conversation souveraine

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s