Le Baiser XXXVIII

Le Baiser / Constantin Brancusi

on se surprend

on se reconnaît

au tambour battant

à la lyre réaccordée

dans la couleur échancrée

une seule flèche suffit

à nous déshabiller la nuque

et la petite enfance

et la joie nue consolée

de mains et de silence

redresse l’arc des épaules

loin

jusque dans la profondeur du chant

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “Le Baiser XXXVIII

  1. Pingback: Le Baiser XXXVIII — Lire dit-elle – STUDIO PHOTOGRAPHE INFOGRAPHISTE DENIS LEVIEUX

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s