Appartenance II

tu m’as surprise là

où je me reconnais

je te rejoins et je t’invente

je te devine

sous la peau des visions

la chimie insolente

des âmes indivises

il y a des mers à reprendre

qui se déploient

qui se déplient

qui dévident les élégies

et j’ai toujours tu sais

ma valise à bout de bras

plus fragile désormais

de l’autorité de l’âge

plus forte de l’enchevêtrement

des racines

j’ai toujours avec moi aussi

le tapis sauvé des déroutes*

le poème est une réalité

poussée droit sur les doutes

et je suis plus proche de toi

quand je dors tremblée

dans le fruit de ta voix

dans le parfum délicat

et farouche d’un pommetier

dont les fleurs sont encore

un peu serrées dans leur naissance

la rose éternité qu’il reste à vivre

a les yeux bleus

 

Barbara Auzou.

 

*

3 réflexions sur “Appartenance II

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s