Des milliers de chambres

Parc national d’Ordesa et du Mont-perdu / Espagne

partout

nous aurons su retrouver

nos fenêtres dans la halte

de milliers de chambres

les mains en appui sur l’air

reconnaître cette chose que le matin

déplie le laissez-passer d’une belle insolence

où marche la poésie pieds-nus

pour entrer dans le soleil à l’heure dite

de la blanche edelweiss et son passage

en force dans la lumière

au moindre filet d’eau qui s’étage

dans son lit charnel

de la horde d’isards caressant les hauteurs

plissées l’énigme coupante d’un espace

extravagant

à la pulsation de plus en plus serrée

des pierres sur leur chemin de hasard

et pourtant jamais mon corps épris

de vents de connaissances et de battements

n’aura connu plus grande douceur

que celle où me précipite la voie de silence

de ton seul épaulement

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Des milliers de chambres

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s