Le Baiser XLI

Le Baiser / Constantin Brancusi

un oiseau de ferveur

chante très doucement

dans la pluie légère des gorges

emprunte un instant

un trait de lumière

pour dessiner tes yeux encanaillés

derrière la cage de leurs paupières

pépie distraitement sur tes seins

puis se remet à jouer avec les balles

du soleil

une partie jamais perdue

un sourire fait semblant de chercher

la sortie

vers l’éternel et descend si loin en lui

que rien ne peut plus l’atteindre

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Le Baiser XLI

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s