Les hauts plateaux

Les bergeries de Bitalza / Corse

à mes étoiles posthumes

sans berger

à mes herbes impatientes

aux brebis lentes de mes pensées

aux brebis lestes de mes envies

à mes taureaux qui écument

à l’étable

à la lampe de mes tempêtes

qui outille mes jardins

à mes lendemains qui ne sauraient

se passer de toi

je dédie

la lucidité des hasards qui multiplie

les lunes et met le soleil sur ma table

dans un tournoiement de champs mûrs

qui lèvent le pain

entre deux roches entre deux brumes

je rumine ce qu’il reste de rare

dans le sens commun

et je prends chaque jour les hauts plateaux

de ton visage entre mes mains

 

Barbara Auzou.

2 réflexions sur “Les hauts plateaux

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s