Vingt cinquième lettre pour toi

de l’été éternellement éprise

j’ai porté doucement dans le taire mes graines pour le vert et l’arbre futur pour la cerise

je t’écris

j’attends que tu me remettes au nid dans un drap de semis et d’enfance pour couver l’étendue magnifique de mon absence à ce monde qui me déplaît

tant que la nuit ne nous a pas ramené la mer embrasse-moi pour qu’une seule étoile s’émeuve

avant que l’arbre lui-même mange ses fruits et par instinct de cérémonie coure nu à l’hiver pantelant de tout son intervalle

seuls mes songes ont les yeux grands ouverts

et le ventre roux de ce qui glisse silencieusement dans l’automne

la déraison des hommes est un cheval au galop lancé sur son propre enclos pour en différer la sentence et anticiper les printemps

aime-moi ici et maintenant pour qu’une fois encore je m’étonne

de ma chance toute neuve qui s’égrène debout et en continu

 

B.

5 réflexions sur “Vingt cinquième lettre pour toi

  1. Pingback: Vingt cinquième lettre pour toi — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s