Les ruelles humaines

Cordes-sur-Ciel

le ciel n’en pouvait plus d’attendre

quand il posa cette pelote de pierre

enroulée sur son éperon rocheux

sur les façades de grès s’amenuisaient

de très anciennes légendes

les aigles brûlaient sur les cimes

la brume rose d’un parfum rapide

nous nous entrions partout comme on danse

le pied au vent d’une amoureuse obstination

et nous nous rassemblions au soir

autour de ce point chaud où se déroulait

enfin quelque chose

sur le parquet de ce ciel exclusif et au hasard

des pavés disjoints

nos mains ont pris la parole la constance

et la passerelle des yeux

viens

l’air est assez doux maintenant

nos âmes d’assez belle facture

pour que nous semions nos cailloux

et nos fugues dans les ruelles humaines

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Les ruelles humaines

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s