Des poèmes à Barbara Auzou

Merci à toi pour cette réécriture surprenante et bien ficelée qui m’a fait sourire de bout en bout…
Merci beaucoup…

Le poème original est ici

Poésie surréaliste NotesMat15

Obéissant, recyclant ses oeufs brouillés, le temps avait pris ta rue par l’horizon

et infléchi la pente jusqu’au poème, ce qu’on avait peine à imaginer
Étant arrivé à la fabrication des produits mathématiques
À l’administration des passeports, à l’enfance retrouvée
Que le Désastre désaxe comme ton tendre sein, qui accuse diverses réactions
en hissant les composés de l’ouïe tout en la ramenant au tertre surélevé de tes bras mécanique de cyborg
Le bras mécanique, tendancieux des ordinateurs ayant tout nettoyé
Le bras spontané de l’orfèvre qui aimerait écrire ce poème
À Barbara Auzou

Voir l’article original

3 réflexions sur “Des poèmes à Barbara Auzou

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s