Au pied d’un seul arbre XLII

tu es ma dernière fenêtre

une poussée de ma voix

sur la corde sensible

près de toi je viens

suivre mon étoile sans cause

qui déroule son velours d’âme

sur l’orange de mon souci

cherchant l’unicité en toute chose

je laisserai mes roses

veuves de leurs fruits

le temps que leurs pétales

s’exaltent dans leur longueur

comme une main sur une jambe

de haute maturité

je sais qu’il y a des jours à commettre

et les oiseaux dans leur liesse m’ont donné

le ton d’une joie claire

qui me saute hors du coeur

 

je veux mûrir dans des bras de saison

 

Barbara Auzou.

15 réflexions sur “Au pied d’un seul arbre XLII

  1. Pingback: Au pied d’un seul arbre XLII — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s