Turbulente V

Iris / Vincent Van Gogh

et le printemps dure

depuis qu’une fleur

avec des airs de ne pas y toucher

secoue l’oiseau de sa vraie raison

de vivre

sa trame d’eau tremblée

j’assiste bouleversée

à l’accroissement de ses grâces

qui se préparent au soleil où son coeur

va buissonner

elle a des silences de reptation

les lèvres royales de l’abandon

un rire infiniment bleu et

sur les prairies un pouvoir de consolation

la tendresse d’une inflexion dont on saurait

se faire des murs

elle a mis une pointe de jaune sur le temps rapace

et la raie au milieu de mes deux grands yeux

ivres

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “Turbulente V

  1. Pingback: Turbulente V — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s