Turbulente VIII

Iris / Van Gogh

petite fleur au sceau magistral

d’une main tendue

foulant des lunes et des oiseaux

exclusifs

je me présente nue

je me fraie un passage idéal

vers tes yeux d’eau

muraille verte de roseaux

où la mer s’est retirée un peu

n’ajourne pas l’étreinte

n’éteins pas les feux

de la danse bleue

c’est l’espace émotif

où est domiciliée la poésie

cette grande fille suante et ravie

qui ne se nourrit que de visions

et d’âmes

sur le brûlot des vies brèves

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Turbulente VIII

  1. Pingback: Turbulente VIII — Lire dit-elle – TYT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s