Fugacité XCVII

Photo Julie

au terme d’un jour qui penche et dont il ne reste que des morceaux

tu veux du ciel et des bouquets d’étincelles qui font des regards où naissent les oiseaux

alors tu convoques l’hirondelle du sang d’une fenêtre à l’autre et aux lacets des veines tu la sens tourner sur son printemps

comme une toupie sans fin dans la torsion des branches

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Fugacité XCVII

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s