Nous taire à tue-tête

Ce poème figure dans le recueil Mais la danse du paysage

Chutes de Kuang Si / Laos

vois ces vasques recommencer les besognes du temps

il se proclame penseur du lieu et pourtant la vie

la vie déboutée souvent du joyau simple de la tendresse

et bâillonnée de linges brûlants quand elle est roulée

dans les turquoises d’un voyage sans témoin la vie

s’en mêle et son pigment ne renonce pas à sa nage secrète

ni à sa raison de trembler entre insolence et pudeur

l’atelier du cœur remet son œuvre en balance et

le bleu nous boit

viens avec moi

nous allons nous taire à tue- tête

et recommencer les eaux

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Nous taire à tue-tête

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s