Tango / Michel Butor

Faubourgs bavards



le long du fleuve



dont les eaux glissent



contre les briques







Paresseusement



avant et arrière



mais fougueusement



tourbillons d’écume







Un pas sur le côté



le remous virevolte



un paquet d’herbes enlacées



à des poutres d’épaves







Le bras sous l’aisselle



jupe contre pantalon



hanches ployées



jambe tendue







Lèvres amarante



parfum de cuir



thés et matés



peau de pampas







Yeux de palissandre



chevelures carbonisées



gerbes d’étincelles



dans la forêt des rails







Le chant qui se reprend



freine en glissant



dans le froissis des perles



et le martelé des éperons







Le menton du texte



sur l’épaule des images



les phalanges du trait



dans la paume des phrases

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s