Appartenance XIV

je viens près de toi

faite de tout et de rien

éteindre le tison de la distance

avec l’éolienne de ma pensée

et la clarté déchirée de mon corps

je viens près de toi assister

à l’effondrement joyeux des certitudes

là où le sable a commencé

faire pivoter le socle de nos rêves

sur celui de l’habitude

t’offrir mes fruits d’eau

et le visage idéal de celle qui se sait

regardée dans l’aragne dorée des lunes

j’entourerai ma nudité d’une paix

d’herbes qui se refusent aux ombres

il n’est rien loin de toi qui me divague

ni me rue

rien de plus comblé que cette heure

qui passe sans passer

sur mon impatience de rosée

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “Appartenance XIV

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s