Fragiles soleils / Jean Orizet

Bédouins qui lisez dans le sable l’or et le sang de la gazelle,

Pécheurs qui savez,

par la respiration de la mer,

prévoir les thons poignardés,

Femmes aux yeux de khôl qui tissez, en silence, les fils ténus de la prière,

Vos actes, fragiles soleils, n’ont que la mort pour habitude

Mais cette mort ne vieillit pas.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s