Le séquoia / Alain Bosquet

Dans un suprême effort, le plus vieux séquoia,

dont on estime qu’il aurait mille ans,

entre le 15 avril et le 10 mai,

survole sa forêt natale,

jusqu’à perdre ses feuilles,

ou vertes

ou calcinées.

Alors, parmi tant d’ailes qui s’entrouvrent,

on entend, semble-t-il, comme un soupir,

très doux, très douloureux.

Tous les fleuves s’arrêtent

et même l’horizon retient son souffle.

L’homme qui passe,

chargé de doutes

et d’âmes inutiles,

se demande pourquoi il est un être humain.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s