Le sauvage et le singulier / Reprise

îles Berlengas / Portugal

ne reste pas trop longtemps

à distance des caresses quand

tu te reprends à mesurer le temps

le monde est un poème que l’on tourne

en plein coeur bien au-delà des mots

avec plus ou moins d’adresse

et le soleil marche sur nos talons

comme une tendre preuve

vois comme le pays le plus dénudé

balayé par les vents lève des ponts

sur des perspectives insoupçonnées

comme le rocher qui aspire à l’océan

vaque pourtant à son affaire de durer

comme la vague écume pour ne pas mourir

tout à fait

comme l’air essaie ses oiseaux

sans se mouiller jamais laissant

sur terre le guillemot pour en faire

son insolite messager

mettons tout en commun

le sauvage et le singulier

lançons nos regards de chambres

et de chemins dans un perpétuel présent

d’autant que mes mains veillent sans sommeil

sur les tiennes

pour leur laisser une place toujours plus neuve

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Le sauvage et le singulier / Reprise

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s